.Ecrits

Nous vous proposons ici une sélection d'extraits des écrits de Bernard Réquichot. L'exercice est difficile, car son oeuvre écrite ne saurait être résumée par ces quelques morceaux choisis : ces pages n'ont pas pour vocation de remplacer les livres, mais de vous permettre de les feuilleter.

Vous pourrez écouter une sélection de textes lus par Eric Lacascade et Stanislas Nordet (France Culture 1994).

.

.

Bernard Réquichot, Ecrits Divers.
Editions Presses du Réel

FAUSTUS "Trois fragments"

" Je vous présente un monsieur qui est moitié moi-même,
moitié tout le monde, surtout personne..."

.

 
.
Faustus "Trois fragments"


INVOCATION VERS ORPHEE

" Telle poésie écrite un jour me semblait venir du fond très adorable de moi-même, mais en la relisant aujourd'hui, elle est d'une ridicule ineptie..."

.

 
.
Invocation vers Orphée



LA JONCTION DES PENSEES , CANTIQUE DU DOCTEUR FAUSTUS

" Une porte qui grince, fermons les yeux: imaginons que c'est la voix d'un être. Une locomotive hurle, un chat miaule, ces êtres parlent... Pas un son qui
ne pourrait être entendu comme la parole d'un être invisible. Les portes se plaignent les arbres soupirent; tous les bruits ont une expression..."


.


 
.
La jonction des pensées,
cantique
du docteur Faustus

.


FAUSTUS DE SON BALCON AU CREPUSCULE

" Au commencement, les mots n’étaient que des bruits, sonorités dénuées de sens : les noms n’étaient pas les noms des choses. (...) Les formes des mots ne correspondaient pas à des bruits, les mots ne se prononçaient pas, comment donc s’écrivaient les mots sans bruit ? L’écriture était une sorte de forme que la voix ne pouvait prononcer : une forme silencieuse. "

.


 
.
Faustus de son balcon
au crépuscule

.

LA MORT EUPHORIQUE DU DOCTEUR FAUSTUS

" Je vais au ciel du coeur en qui j'allume des astres tous les soirs et le jour aussi j'en allume qui ne seront jamais car dans le ciel du coeur brillent des astres qui sont à la vie ce que le désir est à la satiété. J'allume le désir des astres."(...)

.

 
.
La mort euphorique du
docteur Faustus

.

METAPLASTIQUE

"Il y a seulement un mois, si je partais par les champs en croyant que l'air libre m'aiderait à combiner les pensées des autres et les miennes, je revenais de ces chasses non la tête pleine d'idées mais les poches débordantes de pierres, de racines, de mâchefer.
" (...)
Extrait - France Culture 1994
Textes lus par Eric Lacascade, Stanislas Nordet







 
.
Métaplastique

.


LETTRES A UN AMI


Lettre 2
"Dans la Sarthe où je suis, les églises qui m’entourent se déshabillent de leur vêtement blanc intérieur pour nous montrer leurs fresques.
" (...)

Lettre 12
"Quelque chose me dit qu’on ne devrait montrer sa peinture qu’à des amis…..ce qui est né du secret perd un peu de son sens en en sortant."

.


   

.


JOURNAL SANS DATES


(...)
Mes peintures: figuratives? non; abstraites? non plus. On peut y retrouver des cristaux, des écorces, des rochers, des algues; pourtant ces choses ne sont pas "représentées".


(...)
Attirer l’attention sur l’expression des associations d’actes libres, sans choix ni exclusions volontaires. Une mécanique d'association involontaire et inconsciente déclanche l'enchaînement des actes(...)


(...)
Considérer la surface à peindre comme une plaque sensible aux variations des tensions mentales, plaque sensible où ces tensions se fixent à l'instant de leur passage,(...)


(...)
Un tableau est un truc méta-automatiquement écrit. Plus l'écriture est formée, plus elle est lente; si elle est lente elle perd son automatisme, sa possibilité de manifester la sensibilité du moment où elle veut parler. (...)


(...)
Des peintures, j'en ai détruites car elles étaient trop belles. Je craignais d'être victime en les voyant d'une aberration; cette aberration merveilleuse et troublante me semblait trop grave, trop secrète pour être montrée sans impudeur: ce qui nous touche de très près ne peut devenir public sans profanation. (...)


.


 


.

POEMES

PREFACE
Avant qu'on ait inventé les langues;
"Chien" ne voulait pas dire "chien" et
Si quelqu'un avait dit "chien",
peut-être qu'on aurait compris pied. (...)

.

   

.

BARBAQUE...
Barbaque si rabaquée barbotte que Barabas déballe sa rate, dératte sa balle et gratte sa botte. (...)
Extrait - France Culture 1994
Textes lus par Eric Lacascade, Stanislas Nordet



   

.


KULBUTT' LE COQ
...
Kutultubutte tiltakotte, katiltubate tiltakutte, kahutte, les batikules et batikol tigatte, baltikol et tilkabutte bic et bo du bultuku, kadébic les batikosses batignolle la butte des basbiches, bèche la boulle et billabotte. (...)
Extrait - France Culture 1994
Textes lus par Eric Lacascade, Stanislas Nordet







 



 

.



ITIKLI TIK’LIK TIKA
Extrait - France Culture 1994
Textes lus par Eric Lacascade, Stanislas Nordet







   

.



K.K.O. PIKOTE
Extrait - France Culture 1994
Textes lus par Eric Lacascade, Stanislas Nordet





 

Extrait du poème K.K.O.PIKOTÉ de Bernard Réquichot
mis en musique et interprété par Mirtha Pozzi (percussion/voix), présenté dans le cadre du Festival "Musiques Libres" à Besançon en octobre 2013. Le thème de cette édition du festival : "Musiques d'aujourd'hui et littérature". https://www.youtube.com/watch?v=UMPzXLkXJkE

 

Intime Résonance, Mirtha Pozzi-Isabelle Rivoal
Pour voix déclamée, percussion et danse sur « K.K.O. PIKOTÉ » de Bernard Réquichot.
Chorégraphie sur : Mirthophone II et Mirthophone III de Mirtha Pozzi.
Futurs Composés réseau national de la création musicale, Opéra Comique, 3 Décembre 2011.

> Voir l'extrait vidéo sur YouTube

 


 

 

 


.


ECRITURES ILLISIBLES


Extrait de "Lettre noire", préface du livre "Les Ecrits de Bernard Réquichot" par Alain jouffroy


" Passion de l'absolu, ou nostalgie de la communication absolue ? Le soin apporté par Réquichot à ses textes, la précision de leurs titres, la clarté, la simplicité de son discours impliquent l'idée d'un lecteur possible, alors que leurs obscurités, et l'attention avec laquelle il les a refermés par ses parenthèses ostentatoires d'illisibilité impliquent !'idée d'une compréhension et même d'une complicité absolue, c'est-à-dire d'un lecteur idéal.

J'approuve Bernard Réquichot de l'avoir tant désiré, pour finalement le rejeter dans les ténèbres dites extérieures: la désagrégation de ce langage qu'il utilise, il en a connu le processus, et le doute qui frappe à ses yeux la communicabilité effective de son message n'a peut-être pas de limites, mais la lucidité dont il fait chaque fois preuve à l'égard du procédé littéraire choisi, la liberté avec laquelle il joue par rapport à lui prouve qu'à la limite peinture et littérature débouchent sur un même silence, un «silence au pouvoir de rupture».

Cherchant à travers les mots, comme à travers la peinture, à rejoindre la totalité par les moyens mêmes de l'arbitraire et du rien, il n'a fait que décaler le discours et le langage par rapport à leur usage courant, les rapprochant de l'abîme où la voix se déchiquête dans les cris.

Les sept textes volontairement illisibles par lesquels s'achève, en 1961, son oeuvre «littéraire», font se rejoindre les volontés de communication absolue qui furent, éperdues, les siennes dans les deux domaines: la «Lettre de remerciements», la «Lettre à un marchand de tableaux» (la plus longue), la « Lettre d'insultes», la «Lettre aux amateurs (d'art)», la «Lettre à un encadreur», la «Conclusion pour une philosophie de l'art» resteront à la littérature et à peinture ce que l'ultra-violet et !'infra-rouge sont à la section visible du re solaire.

Réquichot peintre, Réquichot écrivain, avant de prendre congé, ont ainsi salués, comme Hôlderlin disait:

«Votre Majesté a ordonné que je m'en aille» en saisissant son chapeau afin de se débarasser de chacun de ses visiteurs, mais cette fois en récusant sans exception les moyens d'expression traditionnelle de la pensée."

 

 
.
Ecritures illisibles
Titrée "Texte de présentation" - 1961
Encre à la plume sur papier
50x32,5

.


" KRITI  KA TROUMF  "
  
Mirtha Pozzi, Sonia Masson
et Pablo Cueco
Percussions et voix autour des poèmes de Bernard Réquichot,
à l'Angora, Paris, les 20, 21 septembre 2012.

" Musique à l'Univers"   
Mirtha Pozzi et Pablo Cueco
Percussions et voix autour des poèmes de Bernard Réquichot,
à la Galerie Univer, le 22/02/2013.

   

.


Thèse pour l’obtention du Doctorat en Arts et langages, présentée par Claire Viallat-Patonnier.
" Les dimensions de l’écriture dans l’œuvre de Réquichot.
Etude d’un processus".

Thèse dirigée par Eric Michaud, EHESS,
soutenue le 1er mars 2016


> Télécharger le document (PDF zip)

_________________________

   

Retour en haut de page .